Sélectionner une page

Un plan concrêt pour en finir avec ce fléau sous-estimé !

En finir avec l’hyperperméabilité intestinale et retrouver son ventre plat !

On sait maintenant que l’intestin et son microbiote jouent un rôle capital dans l’apparition de nombre de maladies auto-immunes ou émergentes. Cependant, cette affection a également d’autres répercussions plus insidieuses: dépression, anxiété, insomnies, allergies, problèmes digestifs… Or notre santé est en grande partie liée à la santé de notre intestin, elle-même dépendante de la santé de notre flore intestinale. Ainsi, l’intestin est surtout un carrefour entre système digestif, système nerveux et système immunitaire: un rôle central trop souvent négligé !

L’hyperperméabilité intestinale, c’est quoi ?

Quand tout va bien, la muqueuse intestinale, une immense barrière de protection, va laisser passer les nutriments indispensables. A l’inverse, elle va rejeter les éléments nocifs qui doivent être éliminés. En effet, la paroi de l’intestin grêle est constituée de villosités finement plissées. Or les cellules de cette paroi, les entérocytes, assurent une fonction de barrière mécanique via leurs jonctions serrées.

Lorsque la muqueuse est détériorée ou enflammée, les jonctions serrées se distendent et les mailles du filet se relâchent : toutes les molécules considérées comme anormales ou simplement trop grosses, mais aussi les virus, les bactéries, les métaux lourds, les polluants divers passent dans le sang, alors qu’ils auraient dû être retenus et éliminés. C’est là le point de départ de beaucoup de pathologies autoimmunes et/ou inflammatoires. A l’inverse, les nutriments essentiels, minéraux, oligoéléments, vitamines sont mal absorbés car leur assimilation est dépendante d’un microbiote équilibré et d’une muqueuse intestinale en bon état!

Ainsi, l’hyperperméabilité intestinale, ou leaky gut syndrom, définit l’incapacité de l’intestin à assurer sa fonction de filtre naturel. Ce qui devrait être détruit ne l’est plus et ce qui devrait être assimilé ne passe plus. On peut en détecter des signaux d’alerte: douleurs, spasmes, ballonements, selles molles, allergies, difficultés digestives, constipation, problèmes de peau…

Le microbiote, les petits soldats

L’hyperperméabilité intestinale est toujours corrélée par la dysbiose, c’est-à-dire le déséquilibre du microbiote intestinal. Le microbiote se nourrit de notre alimentation et produit en échange des vitamines et des enzymes qui contribuent à l’activité digestive, dégradent les toxines, soutiennent l’immunité intestinale et protègent la muqueuse. Quand l’équilibre bactérien est rompu, on parle alors de dysbiose. La flore bactérienne déséquilibrée qui s’est installée agresse et enflamme la muqueuse intestinale: peu à peu l’intestin devient irritable et l’hyperperméabilité intestinale s’installe. Un bon équilibre de la flore intestinale constitue la meilleure protection pour la muqueuse !

L’estomac et le foie : des soutiens de poids à bichonner

Des fruits et des légumes au quotidien !

La digestion commence dans la bouche et dans l’estomac, lieu essentiel de la digestion grâce à son acide chlorhydrique. Si cette sécrétion est insuffisante, les bactéries intestinales pathogènes peuvent proliférer. Et si la digestion au niveau de l’estomac est vraiment insuffisante, l’intestin grêle ne pourra continuer le travail tout seul. Les molécules alimentaires ne seront pas découpées en éléments assez petits pour être assimilables par les cellules. Enfin, si le foie est chargé, et la bile pas suffisamment sécrétée, la digestion se ralentit, perturbant également la flore bactérienne. Et si le foie fonctionne moins bien, la mauvaise digetsion des graisses affaiblit les défenses immunitaires locales et favorise la dysbiose.

Les causes les plus courantes

  • une alimentation riche en additifs, conservateurs, pesticides, perturbateurs endocriniens qui agressent la muqueuse
  • une alimentation trop pauvre en fibres ( c’est le meilleur pourvoyeur en prébiotiques)
  • trop riche en fibres crues ( elles peuvent devenir irritantes )
  • des carences en omégas 3
  • manque de mastiquation
  • intoxication en métaux lourds, tabac ou alcool
  • un transit irrégulier
  • allergie au gluten
  • consommation quotidienne de soja qui contient, sous toutes ses formes des taux élevés d’histamine, une hormone à l’origine de réactions immunitaires
  • les ondes électromagnétiques
  • les médicaments : antibiothérapies, anti-inflammatoires, corticoïdes, antiacides, laxatifs
  • le stress chronique

Des conséquences étendues à tout l’organisme

Les molécules nocives qui passent dans le sang entraînent inflammation et réaction auto-immunes. L’organisme détruit les agresseurs en abîmant un peu à chaque fois la surface qui le portait. Polyarthrite rhumatoïde, maladie de Basedow, Hashimoto, lupus… peuvent être liés à l’hyperméabilité intestinale. D’autres molécules ne sont pas reconnues du tout et s’accumulent dans divers tissus, ou articulations, entretenant ainsi des réactions inflammatoires dans tout l’organisme: infections ORL, problèmes de peau, colites… Le système nerveux est lui aussi victime du déséquilibre intestinal.

L’axe cerveau intestin impacté en cas de dysbiose

C’est une conséquence sous estimé. Les réseaux nerveux de l’intestin comptent environ deux cent millions de neurones qui disposent des mêmes neuromédiateurs que le cerveau. Cet important réseau nerveux est directement connecté au sytème nerveux autonome par le nerf vague. L’intestin est l’un des premiers informateurs du cerveau. Le lien entre état émotionnel et microbiote a déjà été prouvé expérimentalement. En effet, de nombreux travaux scientifiques ont mis en évidence le rôle fondamental de l’intestin dans de nombreuses maladies , y compris dans la dépression nerveuse. L’impact de la dysbiose et de l’hyperméabilité intestinale sur l’autisme a également été évoquée. Nervosité, insomnie, déprime, anxiété sont souvent liées à l’intestin, bien qu’on n’y pense presque jamais.

Les solutions naturelles au secours de l’intestin

  • une alimentation aussi bio que possible
  • bien mastiquer
  • consommer fruits et légumes quotidiennement
  • éviter les fruits pendant le repas, le sucre en excès et le grignotage
  • Limiter le gluten et les produits laitiers

En cas d’hyperperméabilité intestinale avérée, en plus de la réforme alimentaire, l’éviction totale du gluten et du lactose sera nécessaire les premiers mois.

Ensuite, les thérapies naturelles seront un soutien indéniable : probiotiques, pollen frais, sève de bouleau , la chlorophylle. De plus, pensez au jus d’herbe d’orge. Il exerce effectivement une action rééquilibrante sur le microbiote. Enfin, pensez aussi aux plantes telles que le curcuma, l’aloe vera, la propolis, la camomille ou la mauve.

Bichonnez votre intestin

Malgré la prise de conscience du rôle de l’intestin dans bon nombre de pathologies, on sous-estime encore beaucoup trop son rôle au quotidien pour soutenir l’immunité ou l’assimilation des nutriments. Mais surtout pour notre état émotionnel. En effet, notre intestin a parfois du mal à gérer tout ce que nous lui faisons subir: il est temps de lui accorder toute l’importance qu’il mérite pour digérer plus sereinement les aléas de la vie…

VISIONNEZ LA VIDEO DE L’ARTICLE ICI

Voilà les amis ! Un article des plus importants pour soigner le deuxième cerveau de notre corps et maximiser votre santé !

A votre santé,

Alexia